Pensées (nocturnes)

Pensée 1 : Vivre la nuit, c’est vivre intensément.  J’aime la nuit. Mais j’aime encore plus l’aurore. Tout est plus calme et silencieux. Et le silence c’est le repère des âmes tourmentées. 

Pensée 2 :  J’ai cherché le synonyme du mot tourmente, il y avait plusieurs propositions, dont le mot turbulence. C’est exactement ce que la plupart des âmes éveillées ressentent. Turbulence. Tempête. Fracas. 

Pensée 3 : Qu’est-ce qui pourrait être plus dur que le manque ? Le manque de temps. Le manque d’amour. Le manque de moyens. Le manque d’expériences. Le manque de présence. Le manque d’absence. Le manque d’identité. Le manque de culture. Le manque d’éducation. Le manque d’éternité. Le manque, le manque, le manque. Encore, et toujours. 

Pensée 4 : Ces temps-ci je suis heureuse, à m’en couper le souffle. Je suis triste également.  Le paradoxe c’est qu’il y a toujours quelque chose de bon à tirer de la tristesse.

Pensée 5 : La souffrance c’est le refuge chaud d’un cœur froid. Finalement, les gens aiment souffrir et se rappeler des choses qui font souffrir. C’est une tendance.  Je l’ai remarqué, suite au décès d’un ami. J’ai vu à quel point nous étions ancrés dans notre voyeurisme et dans l’entretien de ce dernier. J’ai vu à quel point le m’as-tu-vu comptait ; lorsque nous voulons absolument afficher notre peine, – si seulement elle existe réellement. Lorsque nous nous accrochons aux messages de  » Repose en paix.  »  ou encore à  nos plus beaux discours sur les réseaux quand le défunt, lui même, ne peut même pas lire ce que nous écrivons. J’ai vu à quel point nous recherchons la pitié et le soutien. Peut-être une façon de nous sentir moins seuls dans la souffrance. Peut être une façon se distraire l’esprit quand le cœur ne tient plus. 

Pensée 6 : La mort nous éloigne autant qu’elle nous rapproche des autres. Nous aimons plus et de manière plus loyale, quand l’autre ne peut plus rien donner en retour. C’est la souffrance qui nous rend meilleurs.

Pensée 7 : Une personne m’a dit  – je cite – qu’elle aurait aimé avoir cette assurance en soi, quand je parlais du fait que je n’enviais pas des corps féminins, plus jolis ou plus soignés que le mien. Et bingo ! Je me suis lancée dans une réflexion. Visualisez une barre rouge numérotée de 0 à 100, en partant du bas. L’assurance, nous l’obtenons à 100, à la naissance. L’ assurance en soi, nous l’avons tous. Nous la perdons juste au cours du temps. A chaque étape de votre vie, chaque événement, chaque situation, la barre régresse.  C’est à nous de la réajuster, encore et encore. 

Pensée 8 : Certaines fois, je lutte contre le sommeil par peur que mes pensées s’estompent.   C’est devenu addictif de se perdre à penser.  

Pensée 9 :  L’ art a pris toute place dans ma vie.

Pensée 10 : Les écrivains sont des éternels incompris. Puisque si les autres nous comprenaient,  nous n’aurions pas à écrire. Ainsi, l’écriture nous conforte dans l’incompréhension.  Et lorsqu’un étranger croise notre route, qu’il s’intéresse à nos mystères, nous devenons tout de suite plus distants. Je l’avoue, les écrivains ne veulent pas être compris.  Ce que nous voulons, c’est vivre dangereusement. Avoir une existence remplie, et non monotone. Ce que nous voulons c’est la conquête. Conquérir le Monde, s’accaparer de mots et de maux. Nous voulons du drame et de l’amour.  Des rêves et des silences. Le Monde attend tellement de nous… 

Pensée 11 : Nous aimons nos défauts et nous chérissons nos erreurs. Sans ces derniers, nous aurions trop de mal à haïr ce que nous sommes, et cela deviendrait trop facile de nous améliorer.  D’ailleurs,  il n’existe que des haines faciles…

Pensée 12 : Les défauts ne sont pas incurables, en fait. De toute façon, qu’est-ce qu’un défaut si ce n’est qu’une chose que les autres n’apprécient pas chez nous ?  Avec le temps, je réalise que nous préservons quelques défauts parce qu’ils nous diffèrent des autres tout simplement. 

Pensée 13 : Fumer c’est une perte de temps. Loin de moi l’idée de juger les consommateurs de clopes intoxiquées qui empoisonnent leur entourage, ni les fumeurs de weed – même si entre nous, il y a une de ces catégories qui est moins à blâmer que l’autre. Je ne parlerai même pas des fumeurs de cigares, ou chichas m-as-tu-vu.  Fumer c’est perdre des minutes précieuses à inhaler quelque chose qui raccourcit de toute évidence, notre espérance de vie.  Mdr. Il n’y a rien de drôle, c’est triste. Les humains apprennent à fumer durant la moitié d’une vie, et l’autre moitié ils apprennent à cesser de fumer.

Pensée 14 :  Le 24 du mois prochain, j’aurai vingt-quatre ans. L’ impatience pointe le bout du nez. Ces 24 années seront l’élément déclencheur de nouvelles décisions. Les anniversaires n’ont pas de sens réel, étant donné que j’ai toujours été une âme vieille emprisonnée dans un corps d’enfant. Mais cet anniversaire… Je l’attends.

Pensée 15 : Différence, un seul mot pour tant d’idées. Depuis quelques mois, je suis accompagnatrice d’enfants autistes dans un centre de Montréal. Etre confrontée à l’autisme, a été l’un des plus grands changements de mon existence. Ces heures d’accompagnements ont bouleversé mes croyances inutiles. Je prenais alors conscience de l’ampleur de la différence, bien que je  n’étais pas si loin de cette idée. La différence c’est aussi s’exprimer par des maux. 

Pensée 16 : Les hommes et les femmes ont plus de points communs qu’ils ne veulent bien le montrer.

Pensée 17  :  Est-il possible d’aimer à juste dose ? Autour de moi, les gens s’aiment trop ou ne s’aiment pas assez. Je ne parlerai même pas de l’idée que j’ai de l’Amour, ces derniers temps. La seule chose que je puisse affirmer c’est que j’ai perdu trop de temps à confondre l’amour avec je ne sais quoi de similaire. Cette fois-ci, c’était la dernière confusion.

Pensée 18 :  Contrairement à la croyance populaire, nous n’arrêtons pas d’exister lorsque nous n’alimentons plus notre compte instagram, compte facebook ou autre futilité.  Je ne pourrai vous dire d’où vient cette croyance, mais elle existe. Chaque fois que je supprime un de mes réseaux sociaux, c’est le même spectacle qui se joue.   » Tu vas bien ? T’as disparu… » Rassurez-vous ( ou pas ), je me porte encore mieux lorsque je n’ai pas à supporter le monde virtuel. Inutile de prétexter que cela pourrait affecter mon domaine pro. Mon art ne se résume pas à une promotion. L’ art reste de l’art même lorsqu’il n’est pas connu. Le saviez-vous ?

Pensée 19 :  Mélissa c’est le reflet de mon âme. La véritable définition de l’âme sœur. Nous sommes connectées sur le plan divin… C’est plus que terrestre. L ‘amitié est donc beaucoup plus vraie. 

Pensée 20 :  » La chose que j’appréciais le plus, durant cette expérience humaine, c’était le fait de se déplacer. De partir, voyager, revenir. Construire ailleurs, construire chez soi. Appartenir à tout et rien. S’adapter, changer ou rester intact. Développer une connexion avec un endroit plus qu’un autre, ou alors avec chaque endroit. Passer d’un point à un autre en étant consciente de l’immensité du monde. Passer d’être grand dans un espace étroit à être grand dans un espace illimité. Qu’est qui pourrait être plus distrayant ?  » *

Pensée 21 :  C’est bien connu : la crasse s’accumule dans un lieu sale et abandonné. La lumière s’installe dans un lieu régulièrement entretenu. Le lieu que l’on doit entretenir c’est notre esprit. Et d’ailleurs, ce qu’il y a de bon avec les événements positifs ou négatifs, c’est qu’ils sont inspirants. Nourrissons notre âme. Nourrissons celle-ci de bonnes choses. Ainsi, les mauvaises choses/ énergies viendront mais ne resteront pas longtemps. Elles ne tarderont pas parce qu’elles ne seront pas à leur place initiale.

Pensée 22 : La sensibilité n’est pas à blâmer. Ce qui m’émeut, n’émeut pas l’autre. Et vice versa. Elle est propre à chaque être, et c’est ce qui la rend enivrante. 

Pensée 23 : L ‘hypersensibilité se définit comme  » une sensibilité plus élevée que la moyenne ».  C’est si bon d’être touché par le Monde quand nous ne pouvons le toucher du bout des doigts.

Pensée 24 : Avez-vous déjà pensé au fait qu’aucune religion ne soit la meilleure ? J’y ai pensé. J’ai pensé au fait que nous avons cherché constamment à uniformiser les pensées, à créer une seule et même direction. Et donc, chaque groupe/ communauté religieuse se serait convaincue qu’il n’y a qu’un seul chemin possible, leur chemin. Sans jamais admettre qu’il pourrait y avoir plusieurs façons de croire, plusieurs façons de s’élever spirituellement, plusieurs moyens de vivre en accord avec les Lois Universelles. Il se pourrait, en fait que chaque individu puisse développer sa propre relation spirituelle, définir ses propres croyances sans avoir à respecter des codes établis. Que chaque homme soit déjà proche de ce en quoi/qui il croit, par le simple fait d’exister et le simple fait même de croire. On me dira qu’il faut un repère, une chose à l’origine de tout sur laquelle on devrait se baser. Et c’est normal. L’arbre a bien des racines.Pourtant, les arbres se développent-ils tous de la même manière ? Ont-ils tous la même forme ? Se font-ils la guerre pour leur différences ? Se sentent-ils opposés par leurs convictions ? Il n »y a pas plus diversifiée que la Nature, et pourtant elle ne semble pas divisée… Je crois en un Créateur, je crois en mon créateur. Je crois aussi que nous avons tous le même. Mais je ne crois pas qu’il existe une croyance meilleure qu’une autre.

Pensée 25 : J’avais posté cette pensée précédente sur Facebook. La plupart des personnes qui avaient commenté, prétendaient partager mon point de vue alors qu’elles n’en avaient pas compris le sens. C’est triste…

Pensée 26 : A trop vouloir être en accord avec autrui, vous êtes en désaccord avec vous-mêmes. 

Pensée 27 : Le manque de culture est propre à certains peuples. Et selon moi,  le racisme vient du manque de culture. Les gens n’aiment pas d’autres communautés sans raisons valables et lorsqu’il y a des raisons, elles sont totalement farfelues ( comme par exemple  » Je n’aime pas cette communauté, ils sont comme si ou comme ça »). Justifier le racisme ce serait prétendre qu’il est réfléchi. Connaissez-vous des âmes éveillés  enfermées dans des corps racistes ? Non, cela n’existe pas.

Pensée 28 : L’ enfer est bel et bien sur Terre. Et je connais sa localisation  : les métros de Paris ; là où vos microbes s’emportent dans une valse. 

Pensée 29 : En parlant de microbes, je deviens une femme mysophobe non diagnostiquée ;  ou juste une maniaque dans certains environnements et plus précisément, dans les environnements autres que le mien. Je ne supporte pas de devoir partager mes microbes avec une autre personne. Je suis aussi haptophobe, mais cela ne m’était pas étranger.  La peur du toucher et du contact humain me met souvent mal à l’aise. Depuis l’enfance, protéger mon espace personnel est une obsession. Les gens tactiles me répugnent. ( Bien évidemment, je dramatise.  Mon prochain article portera sur l’haptophobie.) 

Pensée 30 : Me toucher c’est toucher mon âme.

Pensée 31 : Avant de m’intéresser à un être, je l’écoute attentivement et j’essaie de détecter toutes ses fausses notes. Parler c’est chanter subtilement. Parler c’est créer le premier contact sonore, celui qui précède le contact physique. Une voix nous révèle tout ce que nous devons savoir : l’éducation, le milieu, la culture, le statut.  Donc, j’écoute la personnalité, ses convictions ainsi : par des phonèmes, des déglutitions, des soupirs *. Je préfère d’ailleurs le contact sonore au contact visuel.   

Pensée 32 : La communication c’est à double tranchant… D’un côté, communiquer permet d’entretenir des liens. De l’autre côté, la communication est mère de séparations et de destructions. 

Pensée 33 : Le droit à l’euthanasie m’émeut. Imaginez le reste de votre vie, bloqués dans l’espace-temps, sans possibilité de vous en aller  et de mettre fin à une souffrance physique et morale.

Pensée 34 :  La dépression n’a pas de préférence, elle ne touche pas uniquement les gens qui s’en plaignent. Elle n’a pas de statut social préféré, ni couleur de peau, ni origineDes gens des quatre coins du Monde luttent chaque jour pour vivre avec cette maladie.  Souvent, après avoir lu mon roman De l’Enfer à la Vie, les lecteurs me laissent des messages sur les réseaux pour me dire qu’ils ont traversé ceci ou cela. Et je vois ainsi que la dépression n’est pas réservée à une catégorie de personnes. Vous êtes dans l’erreur si vous le pensez. 

Pensée 35 : Le fait de penser trop c’est aussi le fait de parler peu quand nous avons beaucoup de choses à dire. 

Pensée 36 : Là où la religion échoue, la sagesse triomphe. 

Pensée 37 : La littérature pourrait renforcer la cohésion sociale, lorsqu’elle émet de bonnes idées. 

Pensée 38 : Puis, l’éducation sexuelle devrait passer par la littérature. Lorsque les auteurs publient des romans érotiques, le public auquel il s’adresse est tout de suite limité. Les personnes mineures ne peuvent avoir accès à la littérature érotique. Pourtant, les adolescents découvrent le sexe de manière plus brutale, en milieu scolaire ou dans le foyer familial. Quel moyen le plus doux d’apprendre le respect du corps, les règles de consentement et les plaisirs sexuels que par la lecture ?

Pensée 39 : Toutes les pensées qui m’encombrent finissent par me lasser. 

 

 

Tessa Naime

 

Ce texte est un clin d’oeil à la première partie du Roman d’Eymeric, écrivain en herbe. Toute reproduction  et modification de l’oeuvre est interdite par l’auteur. « Toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d’une oeuvre de l’esprit en violation des droits de l’auteur, tels qu’ils sont définis et réglementés par la loi » est un délit de contrefaçon en vertu de l’article L335-3 du Code de la Propriété Intellectuelle.

* tiré de Fanm sé Lanmou, mon dernier roman disponible ici.

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :