Aimer ?

Une lumière, deux ombres dans le couloir. Au début je pense « peut-être, deux malfaiteurs ». Mais je me rapproche un peu et tout prends forme. Un couple. Deux individus qui s’enlacent, s’embrassent. Ils se disent au revoir, ou adieu. Qui sait ? Et quelque chose m’interpelle… Cette façon dont ils se regardent. Elle lui murmure « je t’aime »… Je peux lire sur ces lèvres. « Je t’aime ».  Alors je continue ma route, j’arrive à destination. J’ouvre la porte de l’appartement, je dépose mes affaires sur le bureau et je m’installe devant mon écran. Aujourd’hui, je veux savoir c’est quoi l’Amour pour eux, c’est quoi l’Amour pour vous. J’ai fait des recherches. Lol. J’ai questionné des gens. Je suis allée au bout de la question. Il est impossible d’en donner une définition commune, de fixer des règles à ce sentiment. Alors, AIMER c’est quoi ?

« Pour moi il y a plusieurs façons d’aimer. Aimer vraiment quelqu’un c’est peut-être pour lui même. Il y a tellement de choses à dire » me dit Laury.

Serait-ce donc permettre à une personne de s’accepter elle-même ? Est-ce mon rôle d’amener autrui à l’amour ? Cassie me réponds d’une autre façon : « Quand tu aimes quelqu’un, tu vois l’avenir avec. Tu te projettes dans le futur. Être sérieux, ça compte. C’est presque une connexion (…) Il sera mal, je le serai. C’est magnifique. » Je suis agréablement surprise. L’avenir… Tu t’imagines avec, tu penses à la suite. Tu prévois, tu organises, tu mets en place le futur. Et cette volonté de continuer serait nécessaire au développement d’une relation. Peut-être même que ce dernier serait lié à notre développement personnel. Aimer, et vouloir que ça dure. Aimer, et ressentir ce besoin d’aller plus loin, de franchir le cap.

«  C’est se sentir en confiance » ai-je lu. Être sur, être confiant. Est-il impossible d’aimer sans faire confiance ? Aimer et se méfier…Serait-ce absurde ? Peut-on parler d’un sentiment proche de l’amour ? Et puis…qu’est ce qui peut ressembler à l’amour sans l’être ?

Beaucoup de réponses intéressantes, mais aussi beaucoup de réponses troubles. «  C’est trop spécial, je ne sais pas si cela peut s’expliquer ». Et pourquoi ne pas chercher une explication ? Chez les scientifiques, on remonte à l’ADN. Oui, en effet, les personnes mariées auraient tendance à avoir des ADN similaires selon les résultats de l’étude de chercheurs américains ( voir le Proceedings of the national academy of science). Je ne vous apprendrai rien en vous disant que l’Amour vient du cerveau et non du cœur, mdr. Pour ceux qui en doutaient encore, on parle de molécules responsables du sentiment amoureux. La molécule à retenir : l’ocytocine ! Bof bof, le nom. D’abord stimulée, elle se produit et entraîne ensuite la libération des hormones endorphine et dopamine.  La chimie  joue évidemment un rôle important dans nos relations amoureuses. Le fait de vouloir rester ensemble s’expliquerait par la nécessité pour nous d’assurer la reproduction de notre espèce. Ainsi… on aime par intérêt ? Si cette alchimie cérébrale se produit dans un objectif bien défini, peut-on parler de choix ? Et surtout peut-on parler d’un sentiment libre ? Il se pourrait, en fait, qu’avant de savoir que j’aimerai quelqu’un, mon organisme lui aura déjà fait le tour de la question. L’amour lié au besoin ?  Il n’y a donc pas de hasards, pas d’imprévus ! Lucy Vincent, docteur en neurosciences affirmait dans un entretien «  Il existe des facteurs de complémentarité que notre cerveau cherche inconsciemment chez l’autre ». Un programme génétique ? Bon, d’accord… Trop chiant. Peu de magie dans l’amour finalement. Et si l’on regardait du côté de la religion ?

Si l’on prends l’exemple de Jésus… On se rapproche encore d’une autre définition. Aimer ce serait déjà donner sa vie, se dévouer entièrement. Quand je dis « donner sa vie », je parle bien sûr de son temps, de ses moyens. On aime comme on peut. Il faut aimer dans une totale gratuité, ne rien attendre en retour… Pourtant, rassurez-moi.. Nous attendons tous de l’autre qu’il ou elle nous aime comme nous l’aimons. Est-ce mal de vouloir quelque chose en retour ? Cet aspect de l’amour est déjà vraiment différent de l’aspect que nous donne les médias. On ne se situe plus sur le plan sexuel. Ne serait-ce pas un peu dramatique ? Affronter la mort par amour ? Est-il important de se sacrifier, de faire des concessions ? D’ailleurs, notre sentiment peut faire souffrir l’individu, en face. Il ne s’agit pas ici de penser  égoïstement. Pas de panique. Le bouddhisme lui nous enseigne comment il faut s’y prendre. Il faut de l’entraînement. Comprendre. Observer. Adopter un regard nouveau. « Oui mais bon, et le désir sexuel ? »

Une petite confusion toujours présente entre désir sexuel et sentiment amoureux ? Peut-être que l’un ne va pas sans l’autre.. Pourtant, sachez mes chers amis que l’un peut au contraire exister sans l’autre. En clair, il peut y avoir amour et absence de désir sexuel. «  Je l’aime mais je ne ressens pas l’envie de passer à l’acte ». Et si je vous interroge, je reste persuadé que certains diront vrai. Nombreux sont les couples pour qui le sexe est un problème, et inversement. Madame ou Monsieur ne veut plus faire l’amour,  est-ce un problème de sentiment ? Non. Est-ce que je peut aimer une personne et avoir du désir pour une autre ? Est ce que le désir peut s’installer avec le temps ? Est ce que l’amour vient forcément avant celui-ci ? Au final, aimer c’est désirer un peu, beaucoup…ou pas du tout ?

Si Socrate était encore en vie, il me répondrait sûrement « non » car pour lui, l’amour est désir. Et en plus, l’amour est manque. Alors là, les amis,c’est le début des problèmes puisque si l’amour est, en fait, ce qu’on n’a pas/ce qui nous manque… Une fois, obtenu, il ne nous sert plus à grand chose, parce que l’on désire à nouveau. Comme des prédateurs, on se concentre sur une nouvelle proie. Ce que Spinoza lui contredit.. Ah non, c’est bon ! ça suffit. J’ai compris. J’ai enfin compris.

Il n’y a pas de manuels, pas de limites, pas de conseils. Rien de précis. Je ne sais pas c’est quoi aimer précisément, je sais juste que c’est possible. Je sais que ça fait mal, que ça rend joyeux. Je sais que ça fait un truc bizarre au ventre, que c’est aussi une sensation désagréable. Je sais qu’aimer donne envie de s’améliorer, de faire bouger le monde. D’ailleurs, ça donne envie de voir les autres aimer à leur tour. Que l’on peut détester ce sentiment, comme s’en réjouir.

paris-832319_960_720

Bref, je suis ressortie. Ils n’étaient plus là. Peut-être qu’ils ne se reverront jamais, ou qu’ils vivront ensemble un jour. Je les ai vu, ils avaient l’air de connaître, de goûter, de savourer ce sentiment. Des hormones s’activaient dans ce couloir… Un bal de molécules. Maintenant, place à l’obscurité.

Tessa NAIME .

Toute reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

2 Comments

Add yours →

  1. Merci pour tes pensées… C’est fou comment on peut tous être sujets aux mêmes questionnements 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :